Homélie pour le 20ème dimanche de l'année B

Introduction

A la table du Seigneur nous partageons le pain de sa parole et son pain de vie. Nourris par ce pain venu du Ciel, nous sommes conviés à vivre de sagesse. Peut-être nous arrive-t-il de ne pas toujours être très sage. Qu'à cela ne tienne, aujourd'hui, le Seigneur nous rejoint pour parfaire en nous ce qui devrait l'être encore. Ne lui cachons pas nos faiblesses, il les connaît ! Confions lui nos espérances pour que nous allions libres et heureux vers nos frères et nos soeurs annoncés sa Bonne Nouvelle.

Frères et Soeurs,

Nous voici au terme d'un long parcours qui, au coeur de nos vacances, nous a permis de réfléchir sur la manière dont nous comprenons, dont nous vivons l'Eucharistie. Cela peut sembler une évidence : le dimanche, pour le croyant pratiquant, la participation à la messe. Pourtant - parce que nous en avons tous fait l'expérience - nous sommes passés progressivement d'une foi apprise à une foi vécue, une foi personnelle. Le Jésus de notre enfance, le Jésus que nous avons découvert à travers notre catéchisme, le témoignage de nos parents, de nos grands-parents, de nos éducateurs chrétiens, ces premiers gestes de la prière souvent imposés jusqu'à ce jour où, libre, confiant, joyeux même nous participons à l'eucharistie parce que, comme disait Louis de Funès, j'y rencontre mon plus fidèle et meilleur Ami : Jésus. Et que dit il de lui-même ce matin ?

« Moi je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel, si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement ». Jésus est pour nous le Pain de vie. Nous le recevons et Il nous introduit dans une authentique relation d'amour, celle qui unit le Père, le Fils et l'Esprit Saint. Cette unité, cette alliance n'est jamais close : chacune, chacun nous sommes invités à y participer. Mieux encore, pour que cette unité soit parfaite, notre présence est absolument nécessaire, vitale. Et Dieu ne cesse de multiplier les appels, les alliances, les gestes, les caresses même peut-on dire pour que nous y participions. Dieu ne peut se passer de l'humanité qu'il a créée « à son image et à sa ressemblance ». Et il la désire pourquoi ?

Pour l'alléger de tous les fardeaux qui entravent sa marche libre et confiante - Pour l'apaiser de toutes les inquiétudes qui ombragent son coeur et surtout, pour soigner toutes les blessures qui pourraient l'atteindre.

 

Aussi, pour nous, pour chacune et chacun d'entre nous, Dieu s'est offert en la personne de son Fils unique Jésus, pour que nous ayons la vie. Dieu ne cesse de s'offrir à nous, sans cesse, par le don de sa Parole et de son Eucharistie. La mission de Jésus, mort et ressuscité pour nous, est l'expression du désir infini de son Père de nous voir tous unis dans un Bonheur éternel. Devant un tel projet, nous sommes, comme qui dirait, pris d'ivresse ... spirituelle bien entendu. La prise de conscience de ce don magnifique ne peut nous laisser indifférent. Aussi avons-nous quitté nos foyers respectifs, nos chambrées, nos baignoires et même nos ordinateurs pour le célèbrer .

Feu notre confrère, le Père Jérôme, ancien bibliothécaire, avait dans sa chambre, au-dessus du lit un immense crucifix et une banderole où il était écrit : IL M A AIME JUSQUE LA . Et lui d'ajouter, cela me permet de ne pas l'oublier ! Croyez que pour les jeunes novices que nous étions, ce témoignage était impressionnant.

Oui prenons conscience que la modeste portion de pain consacré que nous recevrons dans la paume de notre main, c'est le Dieu vivant. Ce Dieu qui nous invite à vivre de l'Amour non à travers des gestes intéressés mais des actes sincères. Ainsi demeurons- nous en Dieu et lui en nous. Il nous gardera nos des faux pas, des paroles et des gestes blessants. Offrons Lui à notre tour la meilleure part de nous-mêmes ; faisons de nos vies non pas des refus permanents, des désobéissances mais des offrandes. Et prions pour la rédemption de celles et ceux qui refusent d'entrer dans cette logique de l'amour qui donne et se donne

En 1887, la petite Thérèse de Lisieux apprit qu'un dangereux criminel sans remords, un certain Pranzini, refusait le secours du prêtre . Aussitôt, Thérèse se met à prier jour et nuit : « je veux, écrit-elle, donner à boire au Christ l'âme de Pranzini ». Plus tard, elle apprend que juste avant l'échafaud, Pranzini a embrassé la croix que lui tendait le prêtre. Elle sait qu'elle a été exaucée. Oui frères et soeurs ne baissons pas les bras. Prions, intercédons, offrons notre présence à cette eucharistie ou tout simplement nos journées avec ses joies, ses surprises pour que progresse le règne d'amour, de sagesse, de libre louange qu'inaugure le don de vie que Jésus fait de lui-même et qu'il nous offre gracieusement pour notre bonheur, pour notre paix. Amen.

Padre

Nos intentions de prière

 

A tout moment rendez grâce à Dieu dit Saint Paul

Rendons grâce pour cette célébration qui nous rassemble et élargissons notre prière.

Confions au Seigneur tous nos frères et soeurs à la bonté du Seigneur

Pour l'Eglise...
Que tous, laďcs, prêtres, diacres consacrés, nourris de ton Corps et de ta Parole, se laissent remplir de ton Esprit, afin de communiquer partout, autour d'eux, la joie de vivre de ton Amour et de participer à l'avènement de ton Royaume...
Seigneur, nous t'en prions

Pour toutes les souffrances et les détresses humaines...
Pour tous ceux, et celles, qui consolent les affamés de pain et les assoiffés d'amour...
Que toutes les pauvretés rencontrées les ouvrent au bonheur du don et à la joie du partag
e...
Seigneur, nous t'en prions

Pour celles, et ceux, que l'eucharistie soutient dans leurs épreuves et, en particulier, nos frères chrétiens d'Irak et de Syrie, ainsi que tous les croyants d'Afrique persécutés par des fondamentalistes religieux...
Seigneur, nous t'en prions

Pour celles, et ceux, qui au nom de l'Eglise, portent la communion aux malades, aux prisonniers, à toutes les personnes qui ne peuvent se déplacer...
Qu'ils soient, partout où ils vont, les témoins de ton Amour et de ta Tendresse pour les plus petits...
Seigneur, nous t'en prions

Oui Seigneur nous te rendons grâce en Jésus nous sommes tes enfants, et tu exauces nos demandes, toi qui nous aimes pour les siècles des siècles. Amen.