Homélie pour le 19ème dimanche de l'année B

Introduction

« Moi je suis le pain vivant descendu du ciel », incroyable destinée de Jésus. Ce pain de vie nous ne pouvons le comprendre qu'au regard de la foi, et la foi seule. La foi qui est un don, don accueilli avec amour et que nous demandons lors des célébrations vécues tous ensemble à l'exemple de celle qui nous réunit ce matin dans l'église St Lambert.

Demandons pour nous, pour nos familles, pour l'Eglise, pour l'humanité, ce don de la foi. Ce don est entièrement gratuit ; puisse-t-il confirmer en nous l'Amour que le Seigneur a placé en nos coeurs le jour de notre baptême et si nous péchons par manque de dynamisme ou de par manque de joie de vivre, puisse-t-il ce même Seigneur nous guider, nous encourager, nous pardonner pour demeurer à son écoute et à celles de nos frères et soeurs.

Homélie

Dieu vient au devant d'Elie : « Lève toi et mange, car il est long le chemin de la vie ! » Cette consigne nous pourrions la faire nôtre car chacune, chacun nous ne connaissons pas la durée de notre existence. Lorsque nous étions enfants nous voulions, tel des héros, mourir jeune parce que nous étions jeunes, utopistes et que nous vivions de rêves, l'imaginaire aidant : le temps paraissait alors s'écouler trop lentement ; amoureux, nous voulions que les minutes passées aux côtés de l'être aimé soient éternelles, mieux nous aurions, comme dit la chanson, aimés « arrêter les aiguilles » pour que ces instants de tendresse et de joie partagée ne s'arrêtent jamais : fixer une fois pour toute ces gestes partagés - et ils le sont, à leur manière, chaque fois que les amoureux se souviennent de l'audace de leur amour ; adultes, nous ne comptons plus les heures parce que les exigences de la vie familiale, professionnelle, relationnelle « mangent » entre guillemets le temps que nous pourrions prendre pour réfléchir - même nos loisirs sont trépidants, nous ne cessons de courir et lorsque nous déposons nos valises après quinze jours de soleil, nous disons : « Ouf, enfin à la maison ! » ; pensionnés, âgés : nous nous découvrons soudain plus fragiles, nous nous inquiétons de la santé de notre conjoint, des parents, des amis, des enfants ; nous mesurons ce que nous ne pressentions peut-être pas pleinement lorsque nous étions jeunes : nos limites !Alors le temps passe à prolonger le temps, à l'étirer le plus possible , et se donner le plus d'occupations dignes des forces lorsque nous avons 70, 80, 90 ans.

Tout au long de notre vie, c'est pourtant le même Seigneur qui se donne à nous. Celui de la première communion à celui du viatique, chacune chacun nous avons été appelés à accueillir l'incroyable parole de Jésus : «  C'est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. Moi, dit Jésus, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif ...»

Si nous croyons sincèrement cela, si notre foi est suffisamment grande pour le comprendre, l'assimiler et en vivre, alors, frères et soeurs, nous ne devons plus craindre les « épreuves » du temps en nous : nos faiblesses, nos pertes de mémoire, d'équilibre ; nous ne devons plus craindre la canne qui nous soutient ou les pilules que nous absorbons chaque matin car, au fond, qu'est ce que cela à côté de la confiance que le Seigneur place à nous. Nous ne serons jamais à ses yeux des « inutiles » nous serons toujours des êtres aimés. C'est cela que l'Eglise rappelle à la société civile lorsqu'elle défend la vie dès les premiers instants de la conception jusqu'à la dernière seconde sur notre belle planète : la terre. Le Pain de vie de Jésus est une aide incroyable qui nous est donnée pour surmonter les épreuves, les distances, les pertes de proche et surtout le temps. Comme nous y invite saint Paul : vivre intensément de l' Esprit de Jésus pour donner à celles et ceux qui nous entourent de nouvelles raisons de croire, d'aimer, d'espérer en un mot de vivre, oui avec Jésus, le Pain de vie, nous ne perdrons jamais notre joie de vivre. Amen

Padré