Homélie pour la Fête des Saints-Pierre-et-Paul – 29 juin 2014



A force d’appeler saint Jean le disciple bien-aimé, nous serions tentés de croire qu’il était le plus aimant. Et cependant, Jésus insiste dans sa demande à Pierre : «  M’aimes-tu plus que ceux-ci et en toute simplicité, il reconnaît qu’il aime son maître plus que les autres disciples et donc plus que Jean lui-même ».

Sans doute l’amour de Pierre s’est-il dilaté au moment où il a compris que Jésus lui pardonnait son reniement. Comme le pardon, nous fait toujours grandir en humanité !

Ce pardon donné et reçu a créé entre Jésus et Pierre un lien indissoluble d’amitié, plus fort qu’une amitié sans orage parce que sans épreuve. C’est donc bien sur l’amitié solide de Pierre que l’Eglise est fondée.

L’Evangile, ce jour, nous reporte en arrière, avant la mort et la résurrection de Jésus. Tout le monde se fait une opinion personnelle sur Jésus. Celui-ci veut surtout connaître celle de ses nouveaux amis : «  Pour vous, qui suis-je ? » C’est Pierre qui répond et dans cette scène nous avons le prélude du rôle de Pierre et même « des » Pierre de tous les siècles du Pontificat romain : il n’exprime pas son opinion personnelle mais il dit la foi de toute la communauté ecclésiale : «  Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Et Jésus va lui révéler d’où lui vient l’adéquation, la pertinence, l’exactitude de sa réponse : «  Tu ne réponds pas compte-tenu des considérations humaines mais parce que lorsque tu dis la foi de tous les enfants de Dieu, tu le dis, tu l’exprimes selon la révélation du Père dans l’Esprit-Saint ! »

En cette fête des Saints Pierre et Paul, remercions le Seigneur de nous assurer cette formulation exacte de notre foi par la bouche de Saint Pierre et de ses successeurs ! Quelle superbe garantie ! Oui, trop souvent, la chair et le sang voudraient nous dicter notre foi, comprenons : nos caprices, les idées du moment, les engouements passagers, les philosophies d’un soir, et – comme l’écrit dans sa biographie l’acteur, aujourd’hui disparu, Philippe Noiret : cette facilité de juger les comportements d’hier à partir des critères d’aujourd’hui !

Heureusement pour nous, il y a quelqu’un qui, inlassablement, redit la vraie foi de l’Eglise de tous les vrais croyants. Lisons-nous parfois les exhortations du Pape ? Et les lisons-nous dans un esprit d’accueil et d’ouverture ? Et si nous pouvons appuyer notre foi sur la parole  « infaillible » de Pierre, nous pouvons aussi imiter son exemple pour exprimer et prouver notre amour envers Jésus au-delà et malgré nos fautes, ou mieux encore à cause de nos fautes pardonnées …

Oui Seigneur, tu sais bien que je t’aime !

Pierre et Paul, les deux yeux qui resplendissent sur le visage virginal de l’Eglise. Nous prierons pour obtenir de Jésus d’être à notre tour son apôtre, comme Pierre, dans la foi et dans l’amour et son témoin, comme Paul, dans l’ardeur et la générosité.

Amen

Padré