Réflexions sur le 4ème dimanche du temps de Pâques année C : le bon Pasteur

Bien souvent, Jésus tire des scènes de la vie courante des images pour rendre son enseignement plus vivant et plus concret. Avec son groupe d'amis, Il lui est arrivé souvent de croiser sur le chemin le berger qui ramène à la bergerie son troupeau.
Cette rencontre lui suggère de se comparer au BON PASTEUR, au VRAI BERGER…
N'oublions pas que Jésus s'adresse toujours à des Juifs qui connaissent bien « leur Bible » : ceux-ci prient Dieu en l'invoquant, en l'appelant « Pasteur d'Israël ». Les prophètes Isaïe et Ezéchiel nous décrivent Dieu comme un « berger ». Cette comparaison n'a pas échappé à Jésus.
« Voici, déclare le Seigneur, j'irai moi-même à la recherche de mes brebis, je les visiterai. Comme le berger passe en revue son troupeau au grand jour quand il est au milieu de ses brebis éparpillées sur les champs, de même j'irai à la recherche de mes brebis, dit le Seigneur »
« Je ferai paître mes brebis … celles qui seront en détresse, je me porterai à leur secours ; celles qui sont égarées, je les ramènerai et je les ferai paître en toute équité »
Telles sont les deux sources d'inspiration de Jésus : la vie courante et la Parole de Dieu.
La convergence de ces deux sources lui permet de partir de ce qui est connu à ses auditeurs pour leur donner son message.
Nous pourrions multiplier les exemples et voir comment Jésus sait à la fois regarder les choses et les hommes et se remémorer la Bible.
La superposition de la nature et de la Bible donne un relief très expressif aux Evangiles.
Tous les Juifs ont vu le berger et le troupeau : le berger en tête, élevant la voix pour tenir les ouailles en groupe bien serré ; le berger luttant contre le loup ou l'homme qui désire lui voler un agneau. Et nous nous remémorons la Parole de Dieu : « personne ne les arrachera de ma main ».
Jésus sait que le troupeau qu' Il mène, Il l'a reçu de son Père : Il lui est redevable devant Dieu son Père, le Pasteur d' Israël.
Il sait aussi que les pâturages définitifs, le but à atteindre ce sont les pâturages d'éternité.
Bientôt Jésus, qui s'est assimilé à la silhouette du berger qui guide son troupeau dans la brume matinale, s'identifie avec le Grand Pasteur d' Israël qui donne sa vie pour son troupeau. Le don qu'Il fait de Lui-même, Il le réalise à la lumière de la gloire du Père car « le Père et moi, nous sommes UNS ».

Bouvignes-sur-Meuse, Samedi 24 avril 2010